Les seniors, cette génération oubliée !

On parle souvent des juniors, des trentenaires ou bien encore des retraités mais nous n’entendons pas vraiment parler des seniors… Ces plus de 45 ans, toujours en poste ou en recherche d’emploi ! Les seniors sont les grands absents des différentes politiques RH alors même qu’ils sont incités à rester en activité plus longtemps.


Un rapport mené par l’association solidarités nouvelles face au chômage (SNC) publié en 2019, déplore ces circonstances et en explique leurs existences !



L’étude montre que les seniors sont les plus exposés au chômage de longue durée et qu’en moyenne sur la période 2016-2019, leur nombre d'inscriptions à pôle emploi est deux fois plus important que celui des jeunes. Ils restent "en moyenne 673 jours inscrits" contre "404 pour les 25-49 ans"


Pourquoi les politiques RH négligent-elles autant les seniors ?


Cela repose encore et toujours sur une existence de stéréotypes et de préjugés qui cassent l’image des seniors en entreprise. Un senior ne se laisse pas manager, à du mal à intégrer une équipe jeune, ne sait pas utiliser les nouvelles technologies ou encore son recrutement est très coûteux !


Il est évident qu’un senior coûtera le plus souvent plus cher qu’un jeune diplômé sans expérience professionnelle, forcément. L’expérience et l’expertise ont un prix. Néanmoins, cette idée reçue, probablement le plus gros frein à l’embauche des seniors, mérite qu’on s’y attarde.


La vie est un cycle. Un jeune qui débute sa carrière professionnelle visera toujours à évoluer en termes de rémunération et de responsabilités. Par motivation, par ambition, mais aussi pour pouvoir assumer l’évolution de ses besoins et des charges liées à son mode de vie (un mariage, un enfant, un investissement immobilier, des études à financer, …).


À 50 ans, la majorité des gens n’ont plus de réel engagement financier : les emprunts sont remboursés ou sur le point de l’être, les enfants ne vivent plus à la maison, les études sont financées, et il y a, de fait, moins de velléités à gagner plus (et de plus en plus). Les profils seniors ne sont pas les plus « gourmands » en termes de salaire, ils ont même tendance à se montrer plutôt raisonnables, voire très raisonnables. Une enquête A Compétence Egale/Regionsjob confirme cette perception puisque qu’on pouvait y lire que 79% des seniors étaient prêts à consentir à une baisse de salaire pour trouver un emploi. Près de 90% accepteraient par ailleurs une mobilité géographique ou un changement de fonction ! Et on continue de percevoir les seniors comme « peu flexibles » ?


Les seniors sont incités à prolonger leur activité mais en même temps ils sont confrontés à la défiance des employeurs tant pour le maintien dans l'emploi que pour l'embauche.


Rappelez-vous qu’on deviendra tous senior un jour, alors ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fasse !


@boostmeup sur les réseaux sociaux !